Sur cette île, tout est démesuré !

Publié le par JMR

La beauté des choses comme ici, la défense dont fait l'objet le milieu, l'accueil presque trop exubérant parfois, pour le coté pile. Les décharges sauvages, l'absence manifeste de développement culturel, le copinage poussé à l'extrême et étouffant trop souvent les véritables compétences, pour le coté face. L'insularité, le repli sur soi-même imposé par les contraintes naturelles et le caractère rugueux et sauvage du pays ont contribués à façonner l'âme corse. Et s'il est vrai que les défauts sont nombreux, les comportements souvent inqualifiables, rebelles et pour le moins barbares, le cœur, lui, est vrai, profond, énorme. La maladresse dans l'expression est-elle condamnable au point de bannir, de rejeter, au risque de perdre toute la beauté, toute l'authenticité dissimulée ?

Le rôle d'une mère n'est-il pas d'aimer, de punir si nécessaire, et d'aimer encore ? Ces comportements mis en place à une époque où très certainement ils étaient le seul choix ne sont sans doute plus justifiés aujourd'hui. Ils réapparaissent néanmoins à chaque fois que les hommes de ce pays se sentent floués et trahis par une patrie pour laquelle ils se sont sacrifiés. Si les comportements sont fortement répréhensibles, peut-on pour autant reprocher la logique menant à la révolte ? L'état de droit est-il acceptable lorsque ce droit est inégalement réparti entre les classes, quelles soient sociales, culturelles ou physiologiques ? Une révolution ne se justifie t-elle pas lorsque réapparaissent les privilèges et qu'une noblesse politique a été substituée à une noblesse de sang ? Le développement de l'esprit de clan n'est-il pas la conséquence de ce sentiment d'injustice subi tout au long des siècles ? Faire partie d'une famille qui nous protégera, nous défendra et peut-être nous introduira dans les systèmes qui sans elle nous seraient défendus ? Sur cette terre, le mieux ou le moins ne sont plus des superlatifs, ils sont normaux et récurrents. Le normal n'existe plus, il est devenu exceptionnel. C'est aussi pour cela que les raisonnements ne peuvent être les mêmes ici qu'ailleurs ! Un laboratoire, voilà ce que nous sommes ! Un chantier sur lequel tout est expérience, chaque action entreprise est un test pour les hommes qui nous gouvernent. Si un processus fonctionne ici c'est qu'il a de grandes chances de s'adapter ailleurs !

Je compare souvent cette région à un grain de beauté. Elle révèle une richesse hors du commun et peut cacher des vices tout aussi rares. Ces derniers ont eu largement de quoi s'exprimer ces dernières années, je souhaiterais tellement que vienne enfin le temps de l'amour ! Celui de la tendresse, des émotions vraies et du retour aux valeurs humaines que de tels paysages, une telle fraîcheur et une paix si profonde ne cessent de nous crier ! Les appels de notre vanité, les motivations de notre Ego sont sans doute encore plus forts !
Extrait du livre "Hors la vie" de Jean-Michel Raffalli

Publié dans iles

Commenter cet article